Un mois de silence. Mes excuses

Le dernier mois fut plutôt difficile. En plus des questions administratives et des corrections associées à la fin de session, j'ai été extrêmement fatiguée, le chien a été malade, le Chaton a passé un mauvais moment à l'école et à la maison, et Mamou est retourné au travail. Je n'ai pas souvent bien dormi.

Nous avons quand même réussi de bonnes choses. Les tensions avec le Chaton ont escaladé avant d'enfin exploser dans une suite de catharsis difficiles, mais constructives. Il a recommencé à me parler, à accepter que je lui parle et le touche, que je m'occupe de lui et accepte que je suis effectivement sa mère. Pas toujours facile, mais il y a de la lumière au bout du tunnel et ce n'est pas un train. Je ne veux pas trop en parler ici, parce que ces problèmes appartiennent à mon fils, c'est sa vie privée à lui, et je ne veux pas trop enfreindre ses droits. Il va sans dire que je suis extrêmement rassurée que nous avons avancé vers une résolution de cette phase très difficile de son développement et de notre relation mère-fils.

Les décorations de Noël sont montées et nous en sommes satisfaits. Mamou trouve que l'arbre est trop petit et croche. Il est effectivement petit (juste comme je les aime) et son tronc est effectivement croche (c'est adorable). Notre horaire des fêtes a causé de la confusion chez ma mère et ma soeur, même si je leur ai fait parvenir le tout pendant la première semaine de novembre comme demandé. Comme quoi tôt ou tard, loin des yeux, loin du coeur.

Les cadeaux sont achetés et emballés. Le calendrier de l'Avent de Lego est un moins grand succès que je ne l'imaginais, mais le Chaton en est content. Les morceaux sont presque immédiatement incorporés dans ses constructions de gares et de trains, ce qui est le but de la chose, dans le fond. Il a écrit au Père Noël, à l'adresse fournie par Poste Canada, pour demandé un train et des rails. Le Père Noël lui a bien sûr répondu, en lui disant qu'il allait voir ce qu'il pouvait faire. Je ne doute pas qu'un train exactement comme il l'espère lui sera livré pendant le Réveillon.

Mamou est de retour au travail, progressivement. Il travaillera trois jours cette semaine, quatre la semaine prochaine et fait un des cultes le 24 au soir. Comme Mamou a tendance à devenir "un monstre" (son terme) pendant l'Avent, Igrec, le Chaton et moi "gâdêmerons" le camp pour Québec le 21, pour passer du temps en famille sans Mamou, dont la patience envers ma famille est grande, mais de plus en plus limitée avec le passage des années. On vieillit tous.

Nous avons enfin découvert la cause des problèmes de santé d'Igrec. Enfin, des problèmes que nous tentions de régler (rien à faire pour les allergies). Depuis juin, il avait des problèmes récurrents de diarrhée, il était nauséabond, avait la peau huileuse et surtout avait des plaies sur les oreilles et sur la gorge. Il a même perdu un petit bout d'oreille nécrosée au mois de novembre. On s'en inquiétait, parce que si un plaie guérissait, une autre apparaissait et certaines ne guérissaient tout simplement pas. En plus de devoir laver le bas des murs à chaque fois qu'il les aspergeait de sang en se brassant la tête, il était clair qu'il y avait un problème. Son vétérinaire nous a fait essayé des nourritures de prescription (dont une qui avait de l'huile de poisson, ce qui a causé de beaux dégâts), fait des tests sanguins et des cultures. Le chien ne voulait plus manger. Jusqu'à jeudi dernier. Après trois semaines de guérison évidente, où ses trois plaies majeures semblaient être presque complètement guéries, il s'est soudainement remis à saigner. J'étais dévastée. Mamou m'a posé une question stupide: est-ce que le tout pourrait être causé par son médicament anti-parasitique? Je lui avait donné le jour précédent. Je n'y avait pas pensé. J'ai donc regardé dans mes notes (twitter, photos) et comparé avec mon calendrier, et la corrélation est devenue évidente. Pendant la dernière semaine de juin, lors de notre voyage d'Ottawa vers les Îles-de-la-Madeleine, les premières diarrhées et les premières plaies dans les oreilles sont apparues. À l'époque, nous avions cru, le vétérinaire aussi, que cela avait été causé par le stress du voyage, les frites mangées dans le stationnement du McDo à Moncton et le vent sur le traversier, ce qui était parfaitement logique. Les autres plaies et les crises de diarrhée pourtant coïncidaient avec la prise de son Sentinel. Une recherche sur les bases de données vétérinaires a révélé que le lufénurone, un des ingrédients principaux du Sentinel pour chien, cause chez environ 1% des chiens des irruptions cutanées, une peau huileuse et des odeurs, des diarrhées, vomissement, perte d'appétit, langueur, même dépression! Bref, tous les symptômes d'Igrec. Le vendredi, j'ai appelé le vétérinaire qui nous a vu hier samedi. Elle est d'accord avec moi. Nous pouvons donc faire la transition vers la diète normale du chien, recommencer à lui donner des légumes (mais pas trop tout de suite) et avec de la patience et de la cortisone, ses plaies devraient complètement disparaitre. En mars, on verra quel médicament anti-parasitique, sans lufénurone nous lui donnerons. Je le lave cet après-midi, parce qu'il pue.


Un autre mois de silence? Inexcusable.

Quelques mots sur Jacques Bertand

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.