Lectures et réflexions

Photo by Evan Bench, austinevan on Flickr

Photo by Evan Bench, austinevan on Flickr

J'ai appris récemment, comme l'ensemble de l'internet, le merveilleux concept japonais de  tsundoku: le fait d'acheter des livres et de les laisser s'empiler sans les lire, du moins en vue de les lire. Je suis aussi coupable que vous tous en ce point, bien que mes piles de livres sont maintenant quelques peu moins hautes, surtout parce que mes piles sont aujourd'hui plus virtuelles qu'actuelles. J'ai une quinzaine de livres physiques en attente, mais une centaine de livres électroniques encore à lire.

Je constate que mon rythme de lecture s'est considérablement ralenti depuis le début de la session d'été. Durant l'année scolaire, je passe beaucoup de temps dans le train, ce qui me donne du temps à lire. Cet été, je passe mon temps devant mon clavier, à répondre à mes étudiants, à écrire des évaluations de manuscrits, à rechercher des articles à venir et à me frapper le front sur mon clavier en désespoir.

Ceci dit, j'ai quand même lu quelques livres avec grand plaisir depuis la mi-mai, surtout les vendredis après-midi et les lundis matin.

D'abord, j'ai lu deux manuscrits d'une amie qui les a terminés (écrits au complet!) en moins de deux mois consécutifs. Vous ne serez pas étonnés qu'elle a mal aux poignets ces temps-ci. Ce sont deux romans, très différents et très bons, particulièrement le deuxième. Elle est d'ailleurs à écrire la suite de ce dernier. Le premier roman doit sortir en janvier 2015: c'est un slipstream qui devrait intéresser le marché des lectrices de littérature régulière, plus que des lecteurs de science-fiction. Le second est une science-fiction historique. Oui, une science-fiction qui se passe il y a environ 3000 ans. Je ne peux pas dire plus, mais j'ai hâte à la suite.

J'ai lu, en une demi-heure, la merveilleuse édition du discours de Neil Gaiman à l'University of Arts de Philadelphie Make Good Art.  Non seulement le texte est extraordinaire et inspirant, le design du livre par Chip Kidd est de toute beauté. Un must.

J'ai relu Le congrès de futurologie de Stanislav Lem. Il est aussi drôle qu'avant.

J'ai aussi relu Le portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde, aussi perturbant qu'avant.

Ce n'est pas beaucoup, mais si je compte les 12012 nouvelles et articles scientifiques que je lis par semaine, je n'ai tout de même pas arrêté de lire. 

Les prochains à lire: The Ocean at the End of the Lane de Neil Gaiman,  Alif the Unseen de G. Willow Wilson et China Mountain Zhang de Maureen McHugh. Et le deuxième volume de la SF historique de mon amie, quand elle l'aura terminée. Elle écrit à toute vitesse ces temps-ci, alors ce sera certainement avant la fin de l'été.


Pédagogies nouvelles

Examens à choix multiples de mer...

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.