21 août: L'évolution du territoire

Retour sur la journée.

Prise dans le trafic pendant 1/2h, je suis arrivée en retard à la présentation de Steve Quirion sur l'ensemble de sites recitus.qc.ca. Je n'ai pas encore eu le temps de fouiller, mais les outils me semblent très intéressants, en particulier l'outil ligne de temps qui pourrait m'être utiles pour mon cours sur la littérature de genre en janvier. Ceci dit, ces sites sont entièrement en français, ce qui limite leur usage pour moi et, surtout, ces sites visent clairement le primaire et le secondaire, en particulier dans leur iconographie enfantine.

Ensuite, J.-B. Giard de la BAnQ Rosemont-Petite-Patrie nous a introduit à HistoryPin, un outil Web 2.0 pour géolocaliser des fichiers iconographiques, vidéo et audio sur une carte interactive. Après un exposé pas tout à fait limpide sur la navigation, les avantages et les défauts du site, il a présenté ce que BAnQ fait avec. Nos questions ont fait ressortir qui sont derrière ce site, montré que BAnQ retire beaucoup plus d'avantages de son utilisation de Flickr et qu'il y a un autre site presque identique qui existe, WhatWasThere.com. Ces deux sites datent de 2011, mais il me semble que les fonctionnalités du second, quoique plus limitées, semblent mieux organisées. L'atelier HistoryPin qui s'en suivit a répété beaucoup des explications de la séance précédente et nous avons pu enfin se plonger dans les fonctionnalités. J'ai constaté que HistoryPin pourrait être intéressant pour moi si et seulement si les fonctionnalités s'améliorent. En attentant, je jetterai un coup d'oeil plus profond sur What Was There et sur CartoGraf.recitus.qc.ca.

La soirée se termina taaaaaaaard avec une très intéressante conférence publique sur la mise en exposition du territoire dans les musées au Québec. Cette table-ronde a montré deux choses à mes yeux: a) l'intégration du numérique est difficile et la muséologie ne s'adapte pas vite aux nouvelles techonologies, b) la compréhension du territoire dans les musées passent pas les cartes. Des trois musées représentés -- MCQ, Écomusée du Fier Monde, Centre d'histoire de Montréal -- , seul le troisième a un emploi dynamique et créative des cartes. Catherine Charlebois a très bien su transmettre sa conception double de la carte comme artéfact et comme outil de transmission du savoir.

Puis je suis allée faire dodo.

22 août: "Slow Journaling"

Logiciel à explorer

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.